Alexandra David-Néel - Jennifer Lesieur

" Dans l'esprit d'Alexandra, l'Inde n'est pas cette colonie appartenant à l'Empire britannique. La reine Victoria, dont elle a vu le portrait à Londres, n'est que la souveraine du Royaume-Uni, pas l'impératrice des Indes. Dans l'esprit d'Alexandra, l'Inde est le pays des brahmanes, des Veda, des innombrables dieux et déesses du panthéon hindou. Une idée romanesque qui s'est construite à travers ses études et ses longues heures de lecture au Musée Guimet. " 

http://et-en-plus-elle-lit.cowblog.fr/images/Couv3/editionsfoliogallimardalexandradavidneeljenniferlesieur.gifAlexandra David-Néel n'a jamais été une personne comme les autres. Née de parents qui ne s'aimaient pas spécialement, Alexandra David sent très rapidement une inclinaison vers l'orientalisme, l'Asie et les cultures asiatiques. Après des études brillantes, l'appel du voyage se fait sentir. Mais où partir, et comment ? Echappant à la surveillance de ses parents, elle embarque pour Londres, mais reviendra rapidement, faute d'argent. L'Inde, le premier vrai voyage en Asie, est une révélation : Elle veut aller plus loin, au Tibet, en Chine, au Japon. Au fil des années, elle arpente des pays orientaux qu'elle connait mieux que certains habitants. Peu importe son mari, laissé au Maghreb, il reste un correspondant fidèle mais elle n'a pas besoin de lui. Son érudition lui ouvre les portes, elle n'hésite pas à revêtir la robe orange des religieux. Le XXième siècle se déroule tranquillement sans elle, son ambition est loin de l'Europe. Elle veut être la première femme européenne à rentrer dans Lhassa, capitale interdite. Elle y parviendra, accompagnée de Yongden, son ami et fils adoptif. Au terme de nombreux voyages, Alexandra David-Néel finit par rentrer en France, à Digne dans sa maison, et Marie-Madeleine Peyronnet l'accompagnera jusqu'à sa mort, à presque 101 ans. 

Difficile de résumer en quelques lignes l'extraordinaire destin d'Alexandra David-Néel. Cette femme au caractère bien trempé a toujours suivi ses rêves et ses envies, et n'a jamais laissé quiconque décider pour elle de son destin. Jennifer Lesieur rend très bien ce caractère parfois impossible, colérique, cette envie dévorante d'apprendre, de comprendre, de ne laisser aucune connaissance au hasard. 

De manière chronologique, on suit le récit de la vie d'une femme qui a accompli l'impossible, aurait pu mourir cent fois, mais a continué de faire la nique à la mort jusqu'à plus de cent ans. Les mots qui viennent en lisant cette biographie sont : incroyable, impossible, impressionnant ! On vit au rythme des marches dans les montagnes, accompagné du silence, du bruit du vent glacé qui gèle les mains, épuise les mules... La vie d'Alexandra David-Néel est un voyage où le lecteur l'accompagne, en Asie, mais aussi en elle. 

Du début à la fin, cette vie incroyable ne cesse d'étonner, d'inspirer. On découvre une femme, mais également une époque, et la position d'une femme indépendante au début du XXième siècle n'a rien de facile, et briser les codes est risqué. Au fil du récit, des extraits de correspondance viennent amener de l'émotion au factuel, rendant cette lecture vraiment intéressante. 


Jennifer Lesieur. Alexandra David-Néel. Folio biographies, 2013. 291p.