Dimanche 28 novembre 2010 à 16:34

 
 Sueurs froides - Boileau - Narcejac
" Gévigne leva sa main grasse, comme pour arrêter au vol d'objection. 
- J'y ai pensé. Je l'ai surveillée, discrètement. Un jour, je l'ai suivie... Elle est allée au Bois, s'est assise devant le lac et elle est restée là, sans bouger, pendant plus de deux heures... Elle contemplait l'eau...
- Cela n'est pas très grave.
- Si... Elle contemplait l'eau, comment t'expliquer, avec attention, avec gravité. Comme si cela avait été d'une extrême importance... Le soir, elle m'a affirmé qu'elle n'était pas sortie. je n'ai pas voulu dire que je l'avais suivie, tu comprends.
Flavières retrouvait, reperdait tour à tour l'ancienne image de son condisciple, et ce jeu devenait irritant.
- Ecoute, fit-il. Soyons logiques. Ou bien ta femme te trompe, ou bien elle est malade, ou bien, pour une raison inconnue, elle simule. Il n'y a pas à sortir de là." 

http://et-en-plus-elle-lit.cowblog.fr/images/Couv2/9782070408139FS.gif

Lorsque Flavières, ancien officier de police, reconverti dans le droit, retrouve Gévigne, un ami de jeunesse, il ne se doute pas de l'enfer dans lequel il va tomber. La tâche semble facile pourtant, il suffit seulement de surveiller un peu la femme de Gévigne, que ce-dernier trouve "étrange" ces temps-ci. Elle semble perdre sa volonté de vivre, comme plongée dans un passé mystérieux qui la dépasse. Madeleine Gévigne semble s'identifier à une de ses aïeules, Pauline Lagerlac, une jeune femme qui s'est suicidée à l'âge de vingt cinq ans, laissant derrière elle un mystère, un portrait et un collier. Flavières doit d'abord la surveiller discrètement, la suivre, savoir ce qu'elle fait lorsqu'elle n'est pas chez elle. Lorsque Madeleine tombe volontairement dans l'eau, avec la ferme intention de mettre fin à ses jours, l'histoire devient beaucoup plus sérieuse. Il sauve la jeune femme, se lie d'amitié avec elle, en tombe désespérément amoureux, jusqu'au jour où sa surveillance faillira, et où Madeleine ne sera plus qu'un souvenir douloureux. Quelques années plus tard, après avoir passé du temps en Afrique et être devenu alcoolique, Flavières reviendra sur les lieux où a vécu son amour perdu, et tentera, une fois de plus, de démêler le vrai du faux, et d'éclaircir ce mystère qui le hante tant. 

Eh bien je dois avouer que ce petit livre qui ne paie pas de mine a vraiment de quoi embarquer le lecteur pour un voyage vers l'enfer. Le personnage de Flavières, déjà psychologiquement fragile, est d'autant plus à même de véhiculer une tension croissante, conférant à chaque personnage une sorte d'importance mystique. Il y a un goût de surnaturel dans ce livre, de vieux mystères de famille, d'histoires jamais tout à fait terminées. Le personnage de Madeleine est réellement effrayant au début, avec ses airs mélancoliques, ses balades dans le cimetière où est enterré sa grand-mère, et ses sortes de pèlerinages dans la maison de son aïeule. Elle fait penser à une échappée d'un roman d'Edgar Poe. Mais on se rend compte, au fur et à mesure, qu'elle n'a rien de paranormal, et qu'elle semble même retrouver son goût de vivre en présence de Flavières, qui va petit à petit s'éprendre d'elle. Le livre est divisé en deux parties, celle qui concerne la période "avant" le drame, celle qui concerne "l'après". Le récit est bien mené, et on sent que les auteurs cherchent à perdre le lecteur, à lui faire emprunter des chemins dépourvus de sens, jusqu'à ce qu'il comprenne, dans les dernières pages, toute la trame de l'intrigue. Alors réellement je le conseille, c'est une lecture très facile, qui se fait en un rien de temps. 

Boileau- Narcejac. Sueurs froides. Paris : Paperview, 2007.143p.

Jeudi 25 novembre 2010 à 22:17

 Orgueil et préjugés et zombies - Seth Grahame - Smith

" Mr Bingley était joli garçon et avait l'air d'un gentleman ; son visage était charmant, et ses manières aisées et naturelles. Ses soeurs étaient de belles jeunes femmes, à l'allure incontestablement élégante, mais elles ne semblaient guère entraînées au combat. Son beau-frère, Mr Hurst, n'avait d'un gentleman que l'apparence, tandis que son ami Mr Darcy attira bientôt l'attention de toute l'assemblée par sa haute taille, son beau visage, son port plein de noblesse ; cinq minutes après son entrée, la rumeur circulait déjà qu'il avait massacré plus de mille innommables depuis la chute de Cambridge. Les messieurs déclarèrent que c'était un homme bien fait, les dames le trouvèrent beaucoup plus beau que Mr Bingley et il fit l'objet d'une vive admiration pendant la première moitié de la soirée, jusqu'à ce que ses manières finissent par déplaire et le rendre bien moins estimable. On découvrit en effet qu'il était orgueilleux, qu'il regardait tout le monde de haut, et ne s'abaissait jamais à montrer du plaisir." 

http://et-en-plus-elle-lit.cowblog.fr/images/orgueiletprejugeszombies09.jpgJ'ai reçu ce livre lors du SWAP Jane Austen & Cie et je me suis empressée de le commencer, parce que ça faisait longtemps que j'avais envie de me remettre dans l'ambiance d'Orgueil et Préjugés. Je pense qu'il n'est pas nécessaire de raconter l'histoire initiale de l'incontournable roman de Jane Austen, donc je vais juste parler des petits ajouts qui ont été faits pour cette parodie assez imaginative. Les soeurs Bennet ont reçu une formation en Chine avec l'un des plus grands maîtres ninja de l'époque dans le but de protéger leur région des innommables, ces zombies dévoreurs de cervelle qui sèment la terreur dans toute l'Angleterre. Pas moyen de se balader par temps de pluie sans avoir une horde de ces affreuses créatures qui ne se ruent sur vous dévorer les entrailles ou pour faire de vous un des leurs. On comprend donc pourquoi Elizabeth se promène toujours avec une dague dans sa botte, et aime bien auprès d'elle sentir son sabre Katana. Lorsqu'elle rencontre Mr Darcy, elle le trouve le plus désagréable des hommes, bien qu'elle soit obligée de reconnaître sa supériorité dans les arts mortels. L'histoire vous la connaissez, il n'y a pas de grands changements, mis à part quelques combats assez improbables, j'ai nomme Elizabeth Bennet versus Lady Catherine de Bourgh.... 

Je dois dire que la lecture fut intéressante, bien que j'aie été assez déçue, je dois l'avouer. Le style est assez pauvre, je veux dire, les passages repris de Jane Austen sont très bien, mais les ajouts manquent parfois cruellement de personnalité, et ça tombe parfois dans le très plat. Je trouve qu'à la base le concept des zombies intégrés dans un classique de la littérature anglaise, c'était une assez bonne idée, mais dans la pratique, ça aurait pu être réalisé d'une meilleure manière. Après je ne critique pas complètement, j'ai passé de bons moments dans cette lecture, surtout quand je pouvais voir la version originale,et la manière dont les dialogues avaient été changés. Ici les conversations sur l'accomplissement d'une jeune fille portent sur sa capacité à tuer, et les reproches de Lady Catherine, normalement sur l'absence de gouvernante, se porte ici sur l'absence de ninjas pour protéger les jeunes filles, et le fait que les soeurs Bennet aient étudié en Chine plutôt qu'au Japon. La déclaration de Mr Darcy est assez surprenante, avec la scène de combat qui s'ensuit, et plusieurs fois j'ai esquissé un sourire, je l'avoue également. Mais je crois que je m'attendais à mieux, donc ce n'est pas clairement une réussite, même si c'est une petite lecture sympathique pour les amoureux de Miss Austen. 

Seth Grahame -Smith.Orgueil et Préjugés et Zombies. Paris : Flammarion, 2009. 317p.

Mardi 23 novembre 2010 à 16:01

 Destination Unknown - Agatha Christie

" The persons in the lounge at Heathrow Airport rose to their feet. Hilary Craven picked up her small, lizard-skin travelling case and moved in the wake of the others, out on to the tarmac. The wind blew sharply sold after the heated air of the lounge. Hilary shivered and drew her furs a little closer round her. She followed the other passengers across to where the aircraft was waiting. This was it ! She was off, escaping ! Out of the greyness, the coldness, the dead numb misery. Escaping to sunshine and blue skies and a new life. She would leave all this weight behind, this dead weight of misery and frustration. " 

http://et-en-plus-elle-lit.cowblog.fr/images/Couv3/DESTINATIONUNKNOWNAPBjpg232x500q95.jpgAprès avoir passé quelques temps en Grande-Bretagne, je me suis dit que lire un peu en anglais ne pourrait que m'aider à me mettre un peu plus dans la langue etc. Et c'est donc dans cette optique que je me suis plongée dans ce roman d'Agatha Christie, mais sans savoir vraiment ce qui allait m'attendre. Je pense que j'attendais une histoire un peu confinée, dans l'esprit très anglais de l'auteur, et c'est tout le contraire qui s'est produit. Ici l'histoire se passe au Maroc, où une jeune femme, Hilary Craven, décide de partir en vacances, avec l'idée de mettre fin à ses jours par la même occasion. Elle est arrêtée à temps par Jessop, un inspecteur qui enquête sur la disparition du scientifique Thomas Betterton, sûrement passé de l'autre côté du rideau de fer. Olive Betterton, la femme du scientifique, était supposée le rejoindre, mais son avion s'est écrasé et elle est morte à l'hôpital. Hilary Craven possédant la même chevelure rousse flamboyante qu'Olive, Jessop lui demande de prendre la place de la défunte,afin d'élucider de mystère de disparitions de scientifiques. Marcher sur les traces de Thomas Betterson ne s'avérera pas de tout repos. Et la joie de vivre qui lui revient petit à petit va se transformer en terreur, lorsqu'Hilary va réaliser ce qui s'est réellement passé, et ce qui l'attend. 

Je vais essayer de garder un peu de suspense et de ne pas tout révéler de l'histoire. Mais vraiment ce fut une lecture surprenante. Les motifs de la disparition ainsi que l'intrigue en elle-même n'ont rien à voir avec les autres romans que j'avais pu lire d'Agatha Christie. Et finalement, malgré cette première déroute, je me suis bien laissée prendre par l'histoire, qui est, comme les autres romans de l'auteur, très bien ficelée et qui tient le lecteur en haleine jusqu'à la fin. Cette fin est d'ailleurs surprenante, mais réellement bien amenée, je dois avouer que je ne m'y attendais pas, car l'auteur cherche à semer le lecteur autant que le personnage, dans les ruelles de Fez, ou les couloirs interminables de la léproserie. En tous cas, il ne faut se fier à aucun personnage, car ils sont tous porteurs d'un secret, et aucun ne s'avère être celui que l'on imaginait. La lecture en anglais a été assez aisée, il faut dire que c'est moins difficile que du Jane Austen. Mais c'est tout aussi intéressant, et je pense que ça apporte énormément de vocabulaire, ainsi qu'une idée des tournures de phrases etc. Le livre est disponible en français sous le titre Destination inconnue

Agatha Christie. Destination Unknown. Glasgow : William Collins & Sons, 1989. 214p.

Lundi 22 novembre 2010 à 19:47

http://et-en-plus-elle-lit.cowblog.fr/images/Couv2/1283026497.jpg Je vous avais déjà parlé du SWAP Jane & Co, organisé par Bleue et violette. Après quelques semaines de préparation, j'ai envoyé mon paquet chez Elnaie. Et samedi dernier j'ai reçu son colis, qui m'a fait extrêmement plaisir et donc pour cela je la remercie du fond du coeur. 

http://et-en-plus-elle-lit.cowblog.fr/images/P1000871.jpg Déjà les gourmandises. ( Excusez la lamentable qualité des photos, c'était le soir et je n'avais pas la patience d'attendre ce matin pour prendre des photos , les bonbons ayant déjà été mangés =) ). Un paquet de Bergamote de Nancy, qui sont ma foi fort fameuses. Deux sachets de thé, que je vais goûter dès que que j'aurai fini mon dîner.( enfin un des deux, enfin vous m'avez suivie. ) . Les Babybels ont été mangés hier soir, je suis trop gourmande pour résister à la tentation. Et les bonbons. Et là je trouve qu'Elnaie a eu tout bon, parce que je suis une gourmande finie, et que bon bah les bonbons c'est mon pêché mignon.

http://et-en-plus-elle-lit.cowblog.fr/images/P1000873.jpg Ensuite les livres : Emma, par notre chère Jane Austen. Merci beaucoup, je comptais le lire pour essayer de parfaire ma culture des romans de Jane, et celui-là manquait à ma collection. Et  Orgueil et Préjugés Et Zombies : Merci encore pour celui-là, je voulais le lire depuis un petit bout de temps, donc je suis contente de l'avoir reçu

http://et-en-plus-elle-lit.cowblog.fr/images/P1000874.jpg Les petits cadeaux : j'ai été gâtée gâtée gâtée : Deux badges fantastiques " Boys in books are just better" et "I <3 Jane Austen" . Un marque-page Emma, et c'est une très bonne idée car je collectionne les marques-pages. Et enfin un magnifique cadeau qui me va droit au coeur, une plume. Moi qui suis une grande amatrice d'épistolaire, cette petite plume va être très utile je le sens.

http://et-en-plus-elle-lit.cowblog.fr/images/P1000876.jpg En tous cas, merci Elnaie pour ce paquet magique qui m'a fait vraiment vraiment vraiment plaisir. Et encore merci à Bleue et violette pour avoir organisé ce fantastique SWAP autour de notre chère Jane Austen. 

Jeudi 18 novembre 2010 à 21:16

 Le Chercheur d'or - J. M. G. Le Clézio

" Je regarde la grande maison de bois éclairée par le soleil de l'après-midi, avec son toit bleu ou vert, d'une couleur si belle que je m'en souviens aujourd'hui comme de la couleur du ciel de l'aube. Je sens encore sur mon visage la chaleur de la terre rouge et de la fournaise, je secoue la poussière et les brins de paille qui recouvrent mes vêtements. Quand j'approche de la maison, j'entends la voix de Mam qui fait réciter des prières à Laure, à l'ombre de la varangue. C'est si doux, si clair, que des larmes coulent encore de mes yeux et que mon coeur se met à battre très fort. Je marche vers la maison, pieds nus sur le sol craquelé par la sécheresse. Je vais jusqu'à la réserve d'eau, derrière l'office, je puise l'eau sombre du bassin avec le broc émaillé, et je lave mes mains, ma figure, mon cou, mes jambes, mes pieds. L'eau fraîche réveille la brûlure des égratignures, les coupures des lames des feuilles de canne. " 

http://et-en-plus-elle-lit.cowblog.fr/images/Couv2/9782070380824.jpgMon deuxième Le Clézio, après Désert. Et encore une lecture agréable, pleine de surprises, et laissant une impression étrange, que je vais tâcher de retranscrire le mieux possible. Alexis L'Etang, le narrateur, est un petit garçon de huit ans au début de l'histoire. Il vit avec ses parents et sa soeur Laure, au Boucan, un coin de paradis au bord de la mer. Tout est source de bonheur, les longues promenades avec son ami Denis, la mer, son odeur et son bruit, qu'il écoute du haut de l'arbre chalta de son jardin. Certains soirs, son père lui apprend à repérer les étoiles, lui parle d'un trésor caché sur l'île de Rodrigues, sa mère lui raconte des histoires... Tout semble si parfait que ça ne peut pas durer. Un jour un ouragan s'abat sur le Boucan, laissant la maison en ruine et obligeant la famille à partir. Le père meurt, et la jeune Alexis se décide à partir sur un bateau, afin de découvrir le trésor dont lui a parlé son père. Il se lance donc sur les pas du Corsaire inconnu, prenant la mer, découvrant encore une fois l'étrange pouvoir qu'elle a sur lui. A Rodrigues, le trésor est dur à trouver, mais Alexis va trouver autre chose de bien plus important. 

Je laisse un peu de suspense, pas comme la quatrième de couverture de mon livre qui dévoile absolument toute l'histoire, du début à la toute fin. C'est assez impressionnant de voir le talent de Le Clézio pour décrire pendant des pages et des pages des situations où il ne se passe rien. On lit, on est absorbé par l'écriture, et quand on repense à l'action principale, on se dit que rien ne s'est réellement passé pendant ces trente pages ... Mais c'est un beau livre parce qu'il parle de souvenirs d'enfances, de la mer, surtout de la mer, et comme vous commencez à la savoir, c'est un thème que j'apprécie particulièrement. Il y a la guerre aussi, un peu en filigrane, et ça fait mal de lire ces passages, mais c'est pour le récit alors on prend son courage à deux mains et on plonge dans la guerre. Mais c'est un beau livre, qui parle d'amour, sous toutes ses formes, enfin bon j'ai bien aimé ça se voit. Ce n'est pas mon livre préféré, parce que même si je me suis attachée aux personnages, je n'étais pas complètement prise au point de ne pas lâcher le livre. Mais c'est une réelle jolie lecture, que je conseille. 

J.M.G. Le Clézio. Le chercheur d'or. Paris : Folio, 2008. 375p.

<< Page précédente | 1 | 2 | Page suivante >>

Créer un podcast