Dimanche 29 décembre 2013 à 21:06

http://et-en-plus-elle-lit.cowblog.fr/images/P9247745-copie-1.jpg
 


La fin de l'année approche à grands pas, et avant de passer le cap 2014, je voulais revenir brièvement sur les lectures qui m'ont le plus marquée en 2013. Parmi la multitude de titres lus, prendre un moment pour reparler de ceux qui m'ont marquée, de ceux que je n'ai pas oubliés, que je continue de vendre, de conseiller, d'offrir. Qu'ils soient récents ou très très anciens, qu'ils soient connus ou tombés dans l'oubli, ils ont retenu mon attention, et j'espère qu'ils retiendront la vôtre. 

http://et-en-plus-elle-lit.cowblog.fr/images/Nosetoilescontraires-copie-1.jpgNos étoiles contraires, de John Green.
Comment faire un bilan des lectures marquantes de  cette année sans penser à John Green et à ses étoiles contraires. Roman jeunesse qui prend aux tripes, encore presque inconnu il y a quelques mois et dont tout le monde parle aujourd'hui. L'histoire de deux adolescents atteint du cancer, mais voulant envers et contre tout faire un beau pied de nez à la mort. Avec intelligence et sans pathos, l'auteur réussit à aborder un sujet délicat avec beaucoup de luminosité et de vie. Peut-être la lecture qui m'a le plus émue cette année. 

Le Diable, tout le temps, de Donald Ray Pollock.
http://et-en-plus-elle-lit.cowblog.fr/images/DonaldRayPollockLediabletoutletemps-copie-1.jpg
Elu livre de l'année par le magazine LIRE, le Diable, tout le temps nous entraîne au coeur de l'Amérique profonde, au coeur de la noirceur de l'âme humaine, au coeur des névroses, de la fragilité mentale, au coeur de tout ce qui nous révulse et nous fait détourner les yeux. Puissant, violent, il faut avoir les tripes bien accrochées pour accompagner les personnages de Pollock aux confins de leur folie. 

http://et-en-plus-elle-lit.cowblog.fr/images/Couv2/82856681o-copie-1.gifL'île des chasseurs d'oiseaux / L'Homme de Lewis, de Peter May.
Dans la catégorie roman policier, je me concentre uniquement sur ces deux ouvrages, belles surprises écossaises qui m'ont appris quantité de choses sur l'Ile de Lewis, les vieilles traditions écossaises, et qui m'ont fait voyager, juste avant mon vrai séjour là-bas. 

Les locataires de l'été, de Charles Simmons. 
http://et-en-plus-elle-lit.cowblog.fr/images/Couv2/9782859406042-copie-1.jpg Un cadeau fait par un libraire que j'aime beaucoup, une superbe découverte, une lecture qui rappelle Salinger, une tranche de vie adolescente, un drame poussé à la tragédie, sous le soleil brûlant de l'été, des passions, au rythme lent de la mer. On se plonge dans ce roman et on en ressort différent, est-ce la part  d'adolescence encore en nous qui se brise avec ce livre ? Un livre trop peu connu mais que tout le monde devrait lire. 

http://et-en-plus-elle-lit.cowblog.fr/images/Couv2/AlessandroBariccoOceanmer-copie-2.jpgOcéan mer, d'Alessandro Baricco
Pour la poésie, pour la vague d'émotions procurée par ce roman. Pour la douceur, pour la folie, pour la rudesse, pour le rêve, pour les émotions pures avec lesquelles Alessandro Baricco a tissé ce roman. On se plonge dans l'Océan mer, on boit la tasse, on s'échoue sur le rivage des dernières pages avide de quelques mots encore. Ce livre ne devrait jamais finir. 

Le quatrième mur, de Sorj Chalandon. 
http://et-en-plus-elle-lit.cowblog.fr/images/sorjchalandonlequatriememur-copie-1.jpg La claque, le mur pris à pleine vitesse avec ce texte. Le Liban, la violence, les larmes et le sang, et au milieu de tout cela, Antigone. L'Antigone d'Anouilh, parenthèse au chaos. L'écriture crue et poétique de Sorj Chalandon sublime tout. Avec cette sensibilité incroyable il fait louper des marches à mon coeur, j'avais le coeur sec à la fin de ce roman, sec et brisé, et en même temps, avec ses mots il me réparait. 

http://et-en-plus-elle-lit.cowblog.fr/images/Couv2/002284968-copie-1.jpgLes faibles et les forts, de Judith Perrignon. 
Ce livre m'a surprise, il m'a eue alors que je ne m'y attendais pas, il m'a fait le coup dans le train, entre Angers et Nantes, et là, sans prévenir, Judith Perrignon a abattu la justesse de ses mots et a ouvert les vannes. C'est un roman qui rend hommage à l'humanité, à travers l'indifférence et les préjugés, c'est un roman qui dénonce avec violence et tendresse. C'est un beau livre. Un très beau livre. 

Le Jour des corneilles, de Jean-François Beauchemin. 
http://et-en-plus-elle-lit.cowblog.fr/images/Couv2/9782369140191-copie-1.jpg Un bijou. Une merveille de la langue, un jeu littéraire poussé à l'extrême, comme un écrin précieux pour abriter la folie d'un homme. Une plongée dans la vie d'un fils et son père, dans le petit système des règles qui régissent leur existence. C'est rude, c'est beau, ça entraîne comme une musique, on se berce de ces mots, en attendant le drame. En attendant que la folie prenne le pas sur la raison. 

Cette année a également été l'occasion de découvrir de très bons auteurs, dont les livres m'ont beaucoup beaucoup plu, comme Sarah Waters, Joyce Carol Oates, Jonathan Coe... J'espère découvrir un peu plus leur oeuvre en 2014... 



Mercredi 25 septembre 2013 à 21:05

http://et-en-plus-elle-lit.cowblog.fr/images/INYTPIAB.jpg 

Bonjour mes petites loutres et bienvenue pour ce premier I Need You To Pick Up A Book

Le principe est très simple. Je me suis rendue compte l'autre jour que j'avais quand même un certain nombre de livres dans ma PAL, mais que parfois j'étais incapable de choisir celui que j'allais lire. Vous êtes nombreux à suivre ce blog, la page Facebook ou même le compte Twitter, alors j'ai décidé de vous faire participer.

A chaque nouveau rendez-vous du I Need You To Pick Up A Book, je vous présenterai deux livres de ma PAL que j'ai envie de lire (ou parfois moins envie) et je vous laisserai voter. A l'issue du vote, le livre remportant le plus de voix sera directement programmé comme ma prochaine lecture. 

J'espère que le principe vous plaît et que vous serez nombreux à y participer. Si d'ailleurs l'idée vous tente, n'hésitez pas à reprendre ce rendez-vous sur votre propre site, le logo peut se partager ! 


Aujourd'hui, les deux livres présentés ont en commun d'avoir été écrits par deux auteurs américaines d'origine japonaise. Le premier est Quand l'empereur était un dieu, de Julie Otsuka, et le deuxième En même temps, toute la terre et tout le ciel de Ruth Ozeki. 

 
http://et-en-plus-elle-lit.cowblog.fr/images/quandlempereuretaitundieujulieotsuka9782264046673.gifQuand l'empereur était un dieu, Julie Otsuka. Editions 10/18, 151p. 

Au lendemain de l'attaque de Pearl Harbor, une famille de Berkeley brutalement arrachée à sa demeure est déportée par le FBI à la frontière du désert. Ses origines japonaises suffisent à justifier l'emprisonnement, la peine et l'humiliation. Trois ans auxquels chacun doit survivre, agrippé aux joies passées, pour tenter de se reconstruire dans les ruines de la Seconde Guerre mondiale. 

Pourquoi ai-je envie de le lire ? 
J'ai découvert Julie Otsuka l'année dernière avec son sublime roman Certaines n'avaient jamais vu la mer. J'ai donc envie de découvrir son premier roman.




http://et-en-plus-elle-lit.cowblog.fr/images/Couv3/CVTEnmemetempstoutelaterreettoutleciel4262.jpgEn même temps, toute la terre et tout le ciel, Ruth Ozeki. Editions Belfond. 604p.

Le sac en plastique avait échoué sur le sable de la baie Desolation, un de ces débris emportés par le tsunami. À l'intérieur, une vieille montre, des lettres jaunies et le journal d'une lycéenne, Nao. Une trouvaille pleine de secrets que Ruth tente de pénétrer avant de réaliser que les mots de la jeune fille lui sont destinés...

Depuis un bar à hôtesses de Tokyo, Nao raconte des histoires : la sienne, ado déracinée, martyrisée par ses camarades ; celle de sa fascinante aïeule, nonne zen de cent quatre ans ; de son grand-oncle kamikaze, passionné de poésie ; de son père qui cherche sur le Net la recette du suicide parfait. Des instants de vie qu'elle veut confier avant de disparaître. 

Alors qu'elle redoute de lire la fin du journal, Ruth s'interroge : et si elle, romancière en mal d'inspiration, avait le pouvoir de réécrire le destin de Nao ? Serait-il possible alors d'unir le passé et le présent ? La terre et le ciel ?

Pourquoi ai-je envie de le lire ? 

Parce que ce roman fait partie de la Rentrée Littéraire 2013, qu'il me fait de l'oeil depuis sa présentation à la réunion annuelle du magazine PAGE, au mois de juin et que le sujet a l'air très intéressant.
 


Voilà les deux romans que vous avez à départager. Les votes commencent dès à présent, et s'achèveront mercredi 2 octobre à 20h. D'ici là, n'hésitez pas à venir donner votre avis en commentant cet article ! 

A l'issue de ce premier I Need You To Pick Up a Book, la gagnante est Julie Otsuka, et son roman Quand l'empereur était un dieu sera ma prochaine lecture. Merci à vous tous d'avoir participé et à bientôt ! 

Mardi 25 septembre 2012 à 13:29

http://et-en-plus-elle-lit.cowblog.fr/images/TopTenTuesday.jpg
Quatrième rendez-vous du Top Ten Tuesday. Le thème proposé par
Iani aujourd'hui est le suivant : 

Les dix sagas préférées 

 
1) Harry Potter, inévitablement. Combien d'heures magiques passées à les lire et surtout les relire un incalculable nombre de fois. Sans hésitation cette saga est la première.

2) Le Journal de Georgia Nicolson. 10 tomes, mais une héroïne toujours aussi drôle, autant de rebondissements et d'histoires de filles. Cette saga aura marqué mon adolescence, sans doute là-dessus. 

3) Millenium. Comme beaucoup de lecteurs, les aventures de Lisbeth Salander m'ont fait passer d'excellents moments, et elle ne pouvait qu'apparaître dans ce classement. Tout y est, le suspense, la complexité de l'intrigue, la profondeur des personnages et de leurs motivations. 

4) La Saga Malaussène, de Pennac. S'il y a bien une série de livres que j'ai dévorés les uns à la suite des autres sans pouvoir m'arrêter, c'est bien celle-ci. Benjamin Malaussène, grand frère et bouc émissaire à plein temps s'occupe de sa flopée de frères et soeurs et se retrouve à chaque fois dans des situations improbables. C'est délicieux, à lire, et à relire. 

5) La Saga Hannibal Lecter, par Thomas Harris. Après avoir vu le film "Le silence des agneaux", j'ai découvert la trilogie en livres, et j'ai plongé dedans pour n'en sortir qu'une fois la dernière page terminée. 

6) Hunger Games. Bien sûr ils sont présents. Pareil, j'ai dévoré ces livres, et même si j'ai quitté Katniss avec soulagement, l'univers m'est resté présent en tête un bon moment. Ce n'est peut-être pas une immense réussite sur le plan du style, mais c'est assez addictif. 

7) On parle de saga, alors je ne peux pas oublier de mentionner Les Rougon-Macquart, de Zola. Même si je n'ai pas encore lu les trois derniers, j'en ai un paquet derrière moi et je pense que c'est à lire. Vraiment. Pour la plongée dans une époque, pour les détails qui fourmillent, l'ambiance, la force de la narration. On ne peut pas s'ennuyer dans ces romans. 

8) La Saga du Bourbon Kid. La petite bombe de chez Sonatine a frappé chez moi aussi. Un style enlevé, une écriture efficace, des personnages aussi attachants que pathétiques. Bref, on s'y sent bien à Santa Mondega. 

9) Il me reste encore pas mal de livres à lire dans cette série, mais la Saga des Kay Scarpetta de Patricia Cornwell m'a accompagnée pendant un moment, et j'ai toujours aimé l'angle d'attaque de ses livres. Trop simple d'être du côté de la police, passons donc du côté du médecin légiste. Tout de suite, l'enquête prend une autre tournure. Quand j'aurai le temps, je terminerai la série. 

10) Dans le même genre, et là j'ai encore plus de retard, la série des Charlotte et Thomas Pitt, par Anne Perry. Avec seulement quatre ou cinq à mon actif, je débute dans cette série, mais je suis complètement fan de l'ambiance victorienne, de l'ironie de l'écriture, de la force de caractère des personnages. J'ai donc hâte de continuer.

Et vous, vos sagas préférées ?
  


Mardi 29 mai 2012 à 10:45

 http://et-en-plus-elle-lit.cowblog.fr/images/TopTenTuesday.jpg
Troisième rendez-vous du Top Ten Tuesday, avec un thème proposé par Iani le 8 mai. 

Les 10 couples préférés dans la littérature

Ayant la réputation d'être une grande romantique, surtout quand il s'agit de roman, je pense pouvoir assez rapidement trouver une dizaine de couples que j'ai aimé suivre au fil des pages. Si les livres dont ces couples sont tirés ont été chroniqués, le lien apparaîtra dans le titre du livre. 

1) Aucune originalité dans ce premier choix, puisqu'il s'agit d'Elizabeth Bennett et de Fitzwilliam Darcy, le couple d'Orgueil et Préjugés, par Jane Austen. Pour une Austenienne comme moi, passer à côté de ce mythe littéraire serait un sacrilège. Leur passion contradictoire est un bonheur à suivre, entre leur haine de départ jusqu'à leur déclaration mutuelle. Un couple piquant, mordant, que l'on ne veut pas lâcher. 

2) Harry Potter et Ginny Weasley. Pas très original non plus, mais après avoir passé tant de temps avec ces deux-là, on finit par s'y attacher. De la jeune fille timide et un peu godiche du deuxième tome, Ginny devient elle aussi assez affirmée, avec un caractère bien trempé, et une bonne dose de courage. Leur relation est une évidence, certes, mais n'en reste pas moins très sympathique à suivre. 

3) Restons chez J.K.Rowling, avec Ron Weasley et Hermione Granger. Une histoire pressentie dès le premier tome, qui a mis six tomes pour se concrétiser, mais qu'est-ce que ça valait le coup d'attendre ! Deux caractères opposés, une amitié un peu chaotique, toujours dans la tension, un mélange qui tient la route. 

4) Georgia Nicolson et Dave la Marrade. Dans
Bouquet final en forme d'hilaritude. Egalement, il leur en aura fallu du temps pour se décider. Une dizaine de livres, et des péripéties toutes plus drôles les unes que les autres et voilà notre Georgia revenue à son choix initial. Le meilleur ami était finalement plus que ça. C'est ce qu'on attendait toutes, et nous voilà satisfaites. 

5) Dolores Haze et Humbert Humbert. Dans
Lolita, de Nabokov. Un choix polémique, je me doute bien. Mais pour moi, cette petite Dolores est tout aussi responsable de sa situation qu'Humbert Humbert. Elle joue, elle cherche, elle tente, provoque. Et tous les deux, mal assortis, forment un ensemble malsain et à la fois ingénu qui me plait bien. Lui ne peut s'en empêcher, elle ne sait pas vraiment ce qu'elle fait. Ils nagent dans le brouillard, et c'est un régal. 

6) Vera Candida et Ixtaga. Dans
Ce que je sais de Vera Candida, de Véronique Ovaldé. Parce qu'Ixtaga récupère ce drôle d'oiseau de Vera Candida, un peu cassé, farouche et mauvaise. Qu'il l'apprivoise comme un petit animal et qu'il finit par gagner son amour à force de patience, cet amour qui aidera Vera Candida à vivre vraiment, en oubliant sa vie d'adolescente et Jeronimo. Parce qu'il ferait tout pour elle et qu'ils s'aiment à en faire craquer les murs. 

7) Madame T et Bernard Giraudeau, dans
Cher Amour. Parce que ce roman n'est qu'une lettre immense d'amour adressée à Madame T., l'amour de l'auteur. Parce qu'il ferait fondre n'importe qui et même si ce n'est pas un couple car ici l'écriture est unilatérale, on sent la force des sentiments. Parce que ce livre et ce couple condense tout ce que l'on aimerait entendre un jour. 

8) Fritz et Alice, dans
Nos séparations, de David Foenkinos. Parce que c'est chaotique et si drôle à la fois. Toutes ces séparations, ces réconciliations, c'est un yoyo perpétuel qui laisse le sourire. Et au fond, ils finissent toujours par retourner l'un vers l'autre... 

9) Antigone et Hémon, dans l'Antigone d'Anouilh. C'est un couple éphémère, un couple qui ne doit pas advenir car le destin en a décidé autrement. Mais c'est un amour si fort. On le sent dans les paroles de la petite Antigone, de celle qui aurait voulu être une mère noiraude et mal peignée, la mère du petit garçon d'Hémon. Et puis la séparation. Et Hémon qui ne supportera pas de vivre sans Antigone, et qui se donnera la mort à ses côtés. 

10) Le plus classique des couples,sûrement, mais bigrement efficace. Roméo et Juliette, dans la pièce éponyme de Shakespeare. Pas besoin de justification, c'est assez beau et tragique pour être touchant. On espère jusqu'à la fin qu'ils se retrouveront, et puis ils jouent de malchance, et le lecteur reste seul avec son désespoir, une fois que tous les personnages sont morts. Mais qu'est-ce que c'est beau ! 

Mardi 3 avril 2012 à 18:20

 http://et-en-plus-elle-lit.cowblog.fr/images/TopTenTuesday.jpg
Deuxième rendez-vous de ce Top Ten Tuesday. Aujourd'hui j'ai choisi un thème proposé par Iani le 21 février. Il s'agit des 10 livres que vous avez l'impression d'être la seule à connaître. 

Je trouve ce thème assez marrant, car bien que les livres que j'ai choisi soient connus de beaucoup de monde, j'ai l'impression que personne dans mon entourage ne les a lu, et je ne les vois pas souvent chroniqués. ( Si j'ai chroniqué un des livres sur ce blog, je mets le lien vers l'article correspondant dans le titre.) 

1) Le Quart, de Nikos Kavvadias. Ce livre m'a été offert par mon père, et chaque fois il sait me faire plaisir. Voilà une histoire de marins, leur rapport à la mer, aux femmes, à la solitude lorsque l'on part pendant plusieurs semaines, voire mois. C'est une écriture que j'ai beaucoup apprécié, même si je n'en garde pas énormément de souvenirs. 

(Je vous en remets un extrait : "Je voudrais qu'on oublie aussi mes ossements, mais dans un bordel. Et que les femmes s'en servent comme canules pour leurs bocks, comme fume-cigarettes, comme sifflets." ) 

2) e=mc² mon Amour, de Patrick Cauvin. J'ai découvert ce livre quand j'avais douze ou treize ans, et j'ai du le relire une vingtaine de fois. Je m'étais vraiment attachée à ces deux pré-ados sortis d'un vieux film avec Humphrey Boggart. Le culot du garçon m'avait fait rire, et ces tentatives pour séduire cette petite fille de bourgeois étaient extrêmement attendrissantes. Et je n'ai jamais rencontré quelqu'un d'autre qui l'avait lu. 

3) La Nébuleuse du crabe, d'Eric Chevillard. En première année de Lettres Modernes, j'ai étudié ce livre fait de fragments, et j'ai été complètement séduite par le style de Chevillard. Son absurdité, ses personnages loufoques, cette histoire qui ne ressemble à aucune autre et qui n'en est même pas complètement une. Tout était là pour me plaire. 

( "En fait, on reproche surtout à Crab d'avoir trop fréquenté sa mère - cette vilaine femme - durant son enfance."

" On lui a rapporté la tête de son épouse, découverte sous un buisson, mais tant que les jambes n'auront pas été retrouvées, Crab gardera espoir :
- Ce n'est peut-être qu'une fugue." ) 

4)1280 âmes, de Jean-Bernard Pouy. Le personnage principal de ce roman, Pierre de Gondol,  découvre qu'un livre qu'il a lu a perdu des personnages entre la version originale et la version française. Se demandant ce qui s'est passé, il se lance dans une sorte d'enquête policière qui va le conduire de Paris aux Etats-Unis, à la recherche de ces 5 âmes manquantes. Un livre qui change des romans policiers classiques, et où la littérature est le réel centre de l'histoire. 

5) Nostromo, de Joseph Conrad. Encore un livre étudié à la fac, en parallèle avec l'Odyssée d'Homère. Je me souviens que la lecture fut fastidieuse et exigeante, mais que ce livre est réellement d'un style incomparable. Cette histoire est celle d'un homme, d'un vol de gabarre, de femmes et d'argent. Avec le recul, le peu d'impressions qui me reviennent me font rapprocher cette histoire de certains livres de Garcia Marquez que j'ai pu lire. Alors qu'il n'y a que très peu de rapport, sinon l'Amérique du Sud. 

(" Les impressions confuses et intimes de désastre universel qui assaillent un individu quand sa passion dominante est tenue fortement en échec étaient pour lui d'une amertume voisine à celle de la mort. C'était un simple. Il était aussi prêt qu'un enfant à devenir la proie de quelque croyance, superstition ou désir que ce fût.") 

6) La première marche, d'Isabelle Minière. Un livre qui ne m'a pas laissé beaucoup de souvenirs, sur le rapport d'une petite fille à sa mère, son sentiment d'exclusion. Rien qui m'ait marqué plus que ça.
 

7) Les Madones d'Echo Park, de Brando Skyhorse. J'ai un rapport assez particulier avec ce livre, étant donné que j'ai rencontré l'auteur au Festival des Etonnants Voyageurs de Saint Malo. Après deux jours à discuter, il m'a offert son livre et je l'ai lu dans la foulée. C'est une histoire en puzzle, le même évènement vu de différentes perspectives. Une petite fille meurt dans la rue, frappée par une balle perdue. Comment les habitants d'Echo Park vont-ils vivre ce moment, comment cela va-t-il influer sur leur vie ? De plus, Brando Skyhorse nous donne ici beaucoup d'information sur la communauté mexicaine résidant aux Etats-Unis. 

8) Faërie, la colline magique, de Raymond E. Feist. Ce livre, c'est tout une histoire. Quand on m'en a parlé, il n'était plus édité, impossible de le trouver en grand format chez les libraires, et la version poche n'était pas sortie. J'en ai dégoté une vieille sur internet, datant de 1989. Je n'ai plus aucun souvenir de ce livre, si ce n'est que j'avais bataillé pour le trouver, que je le voulais AB-SO-LU-MENT, et que j'avais adoré, que j'avais frissonné, été captivée et que je ne l'avais pas lâché avant d'avoir fini la dernière page. 

9) Un safari arctique, de Jorn Riel. Un roman que j'ai apprécié, même si je ne suis pas parvenue à rentrer complètement dedans. Ces nouvelles sur le Groenland m'ont parfois fait sourire, mais j'ai l'impression d'avoir manqué quelque chose. 

10) La fin des temps, d'Haruki Murakami. Même si l'auteur est connu d'un grand nombre de lecteur, il semble que peu d'entre eux connaissent cette formidable aventure à base de licornes, de mondes parallèles et de filles en tailleurs roses. C'est pourtant une histoire captivante, d'un style remarquable et d'une rythmique imparable. On a sans cesse envie d'aller plus loin, de découvrir en même temps que le personnage où cette histoire loufoque va le mener. C'est une belle porte d'entrée dans l'oeuvre de l'auteur, il me semble. 


Mardi 20 mars 2012 à 18:00

http://et-en-plus-elle-lit.cowblog.fr/images/TopTenTuesday.jpg
 Le Top Ten Tuesday est un rendez-vous hebdomadaire dans lequel on liste notre top 10 selon le thème littéraire défini. 
Ce rendez-vous a initialement été créé par 
The Broke and the Bookish, en anglais et a été repris en français sur le blog de Iani

Le but est de poster chaque mardi ( selon la possibilité bien sûr ) un classement de notre top 10, selon la question posée. Etant donné que le thème de cette semaine ne me tentait pas beaucoup, j'ai pioché dans les questions déjà posées pour vous faire mon Top 10 de mes personnages préférés.
 

1) Antigone, dans l'Antigone d'Anouilh. Parce que c'est une héroïne qui représente toutes les valeurs que je chéris.
 Parce qu'elle est honnête et droite, qu'elle va jusqu'au bout de sa démarche, quitte à y laisser sa vie, pour défendre ses convictions. Parce que malgré sa peur, elle va laisser derrière elle Hémon, son fiancé, pour aller répondre aux contraintes familiales. Parce que même dans le mythe de Sophocle, son amour pour les siens est troublant. (Elle va perdre son père dans la forêt, parce qu'il le lui a demandé.) 

2) Ronald Weasley, dans la saga Harry Potter. Pour sa loyauté, son humanité (surtout ce côté froussard assez désopilant). Parce que c'est un personnage qui a du relief, qui évolue au fil des tomes avec une palette d'émotions tout à fait intéressante. Parce qu'il est roux, qu'il a une famille géniale, et un caractère qui va s'affirmer petit à petit. Parce qu'il représente les valeurs de l'amitié, et d'une certaine forme de courage. 


3) Oskar Schell, d'Extrêmement Fort et Incroyablement Près, de Jonathan Safran Foer. Parce que ce gamin m'a complètement retournée, avec sa vision du monde particulière, sa façon de prendre chaque détail de sa vie pour la pièce d'un puzzle à compléter, comme une énigme lancée par son père avant de mourir. Pour sa force, son courage, sa manière d'être complètement adorable, avec un culot monstre. 

4) Dolores Haze, dans Lolita de Vladimir Nabokov.  Bien sûr, je ne pouvais pas l'oublier ici, la petite Lolita. Avec sa naïveté feinte, avec ses manigances d'adultes, sa manière de faire chavirer le coeur des hommes tout en prenant son air de petite sainte. C'est la gamine perverse, manipulatrice, un peu paumée aussi dans ces histoires d'adultes qui la dépassent. Et elle me plait pour cette façon de jouer à l'adulte tout en ne sachant pas vraiment quoi faire, sans prendre réellement conscience de la portée de ses actes, mais reproduisant à l'excès un schéma maternel malsain. 

5) Cyrano de Bergerac, de la pièce éponyme de Edmond Rostand.
 Cyrano, c'est un peu mon amoureux littéraire, quel verbe, quelle langue... Et tout cela mis à profit pour aider ce benêt de Christian à séduire la femme qu'il aime. Et Cyrano va sacrifier son amour, au nom de l'amitié, et tout mettre en oeuvre pour que la tentative de son ami soit couronnée de succès. Dans le genre abnégation, sacrifice etc, j'ai rarement vu plus émouvant. Et puis, cette scène du balcon, elle est à couper le souffle tout de même...

6) Vera Candida, dans Ce que je sais de Vera Candida, de Véronique Ovaldé. Vera Candida est d'abord une enfant, vivant avec sa grand-mère, puis une jeune fille qui devient en même temps femme et mère. Elle tombe enceinte dans des conditions tout ce qu'il y a de plus atroces, et décide de partir plutôt que d'infliger le déshonneur à sa grand-mère. Du haut de ses quinze ans, elle va s'affirmer en tant que femme d'un caractère trempé, ne laissant les hommes gouverner sa vie que lorsqu'elle le décide, et encore, en ne baissant jamais totalement la garde. C'est sa force de caractère que j'aime chez elle.
 

7) Benjamin Malaussène, de la Saga Malaussène de Pennac.
 Quels bons moments j'ai passé en compagnie de cette famille étrange et dépareillée, avec Benjamin, l'aîné, une petite trentaine d'années, ou presque, qui s'occupe de tous ses frères et soeurs, un peu laissés au hasard par une mère toujours à la dérive, qui revient pour pondre un nouvel arrivant pour cette fratrie, et qui repart aussi sec. Entre son premier métier de bouc émissaire, et ses aventures abracadabrantes où il est toujours mêlé à de sombres crimes avec lesquels il n'a généralement rien à voir. C'est un personnage attachant, avec assez de cran pour prendre sa famille sur ses épaules et avancer, malgré les épreuves. Il vit une passion amoureuse avec Julia, une journaliste rousse qui disparaît puis revient au gré de ses envies. 

8) Georgia Nicolson. Comment faire une liste de mes personnages préférés sans y faire figurer l'héroïne de la saga Le journal de Georgia Nicolson, de Louise Rennison ? J'ai découvert cette adolescente britannique délurée lorsque j'avais quatorze ans, et depuis elle m'a accompagnée. Georgia vit avec sa mère, son père qui se trisse bientôt au pays du Kiwi-en-Folie, sa petite soeur Libby, une gamine complètement dingue qui terrorise ses camarades de maternelle, et Angus, son chat sauvage écossais sûrement croisé avec d'autres espèces animales suspectes. Sa vie s'articule entre les cours au Stalag 14, ses copines, notamment Jas, sa meilleure amie, et les garçons.
 Avec beaucoup de pluriels. Elle est drôle, elle est folle, et je l'aime d'amour.

9) Le personnage du libraire, dans Le Libraire, de Regis de Sà Moreira. Parce que ce roman est une merveille, et que ce libraire assez allégorique donne tout une poésie au roman. Parce que c'est un libraire protéiforme, inattendu, et en même temps, il combine toutes les qualités que l'on voudrait trouver chez un libraire. 

10) Assez difficile de trouver un dixième.
 Il y a beaucoup de personnages que j'aime, mais de là à les départager, c'est assez difficile. En vrac on peut trouver les héroïnes des romans de Jane Austen, Jane Eyre, Phèdre, Alma de l'Histoire de l'amour, Kay Scarpetta, Juliette, Valmont, Alex, Lou, Peeta, Iphigénie, Darcy, Florentino Ariza, La Cigogne, Thomas Pitt... 

<< Page précédente | 1 | Page suivante >>

Créer un podcast